Interludes

Interlude médiéval

D

ans la grande salle du donjon de Croquetagne, les convives étaient attablés. Au mur, l’on apercevait les écus portant les armes des Comtes de Grosbylouth, le fameux « coupé d’argent et de sable, au cochon de carnation armé et lampassé d’azur brochant sur le tout. » C’était celui que le bon Roi Louis le Bien-Aimé, septième du nom, avait concédé au comte à son retour de terre sainte pour honorer ce haut fait connu de tous quand, sur la route de Damas, le comte avait essuyé seul la charge d’un sanglier sauvage (d’un cochon de ferme, diront les Godons) avant d’atterrir dans la fange pour empêcher que Dieu ne rappelle trop vite à Lui le bon Capétien.

(Lire la suite…)

Mots-clefs :, , ,