Qui suis-je ?

Arsène Sparfell est un jeune homme bien sous tous rapports. Issue d’une vieille famille de la vieille noblesse russo-tchéchène par sa mère, et du bas prolétariat américano-chinois par son père, Arsène Sparfell pourrait facilement représenter une liste unie PCF-MEDEF a n’importe quelle élection.

Arsène Sparfell rassemble le meilleur de tout homme. Il a un je ne sais quoi de Sean Connery (sa pilosité), un zeste de Brad Pitt (des journaux très sérieux assurent que leurs poumons sont absolument identiques !), une once de Pierre Desproges (ses ongles de pied), et la classe de Will Smith (Tout deux on fait leur 5ième en 5ième2.)  Il est comme Louis XIV (il n’a pas de télé), Socrate (des fois, il mange de la viande), Nietzche (après avoir couru, il sue) et napoléon Bonaparte (parfois, après une longue journée, il sent des pieds.)

Arsène Sparfell dispose officiellement de dix-huit super-pouvoirs, même si la Fédération International des Super Pouvoirs n’a pu lui octroyer le titre de Champion du Monde des BWA des Super Pouvoirs à cause d’une bête question de régime alimentaire à base de steaks importés du Pays Basque.

Arsène Sparfell est plus ignifugé que Frédéric Barberousse, plus imperméable que Jeanne d’Arc, moins conducteur que Claude François et sa carte est une American Card.

L’objectif de ce blog est de donner à Arsène Sparfell la renommée qu’il mérite, afin qu’avec cette renommée il acquière la gloire, pour qu’avec cette gloire il devienne célèbre, dans le but que cette célébrité lui rapporte de la thune, que cette thune lui ramène des meufs, et qu’il puisse transformer sa vie minable en une espèce de clip de bière mâtiné de clip de rap géant. Au final, quand il aura acquis tout cela, renommé, gloire, célébrité, thune et meufs, et qu’il sirotera du champagne dans une coupe sur le bord de sa piscine de luxure, après s’être jeté du plongeoir dans le stupre, il pourra donner un sens à votre vie et rendre utile votre lecture de ce blog.

En réalité, par son abnégation, Arsène Sparfell est un dominicain des temps modernes.

S'il vous plaîiit, c'est pas pour manger mais quand même... un p'tit partage ?